CORRESPONDANCE UNITARIENNE    juin 2004

Les informations

Actualités
unitariennes


n° 32

Eglises ouvertes

Un réseau des « Eglises ouvertes » (TCPC) a été lancé par l'Eglise épiscopalienne des Etats-Unis. Des chrétiens britanniques ont rapidement emboîté le pas avec un « Center for progressive christianity » (CPC) dont le président est le révérend Hugh Dawes (voir le site « Protestants dans la ville ».

Le 22 novembre 2002, à la paroisse Saint Faith, au quartier North Dulwich, à Londres, une quarantaine de pasteurs et de prêtres de diverses dénominations (anglicans, presbytériens, catholiques) sont venus de toute l'Angleterre et du pays de Galles, pour partager leur préoccupation d'un nouveau langage dans la prédication de l'Évangile dans un monde en mutation profonde où les Églises sont en difficulté.

Plusieurs perspectives furent ouvertes (notes de Gilles Castelnau) :
- Nous ne croyons pas en un Dieu du jugement à qui on pourrait demander de petites interventions personnelles ; nous croyons en une création toujours en « Process ». Nous oeuvrons à renouveler le christianisme, renouveler notre langage et nos liturgies afin qu'elles ne véhiculent plus une théologie critiquable et non crédible.
- Nous sommes l'Église mais pas comme les gens s'en font souvent l'idée. Nous prenons garde à la différence entre ce que les gens pensent et ce qu'ils croient qu'ils doivent penser. Nous voulons faire comprendre aux gens et aux pasteurs qu'ils ont la liberté de penser. Intégrer tous ceux qui attachent de l'importance à l'écologie, au New ąge, etc. , et qui se croient exclus.
- Encourager les pasteurs et les gens libéraux à former dans les paroisses des groupes capables de résister à la pression des conservateurs et des évangéliques. Leur fournir des arguments leur permettant de faire face à la polémique et produire dans ce but des journaux et des sites Internet.
- Constituer autour de huits points énumérés par le « TCPC » une organisation structurée, comprenant notamment des personnalités reconnues, dans le but de montrer aux pasteurs et aux fidèles libéraux qu'ils ne sont pas atypiques et en marge de l'Église.

Sur ce, le pasteur Charles Hedley, recteur de cette paroisse anglicane en plein c»ur de la cité londonienne, à Picadilly, tel un Martin Luther des temps modernes, afficha une déclaration à la porte de son église :
- La paroisse Saint James est membre de la Communion anglicane qui fait partie de la chrétienté mondiale.
- Nous voulons accueillir chacun sans distinction de foi, de race, de sexe ou d'orientation sexuelle.
- Nous voulons qu'ici, dans un esprit d'ouverture, les gens de toute religion comme les gens sans religion, puissent chercher, sourire et prier pour découvrir le sacré de la vie.
- Nous voulons être engagés dans une vraie solidarité avec ceux qui sont pauvres et marginalisés et sauvegarder la création.
- Et lorsque nous oublions cet idéal, nous y revenons avec persévérance

Cette déclaration lui a valu quelques lettres d'injures mais bien davantage de participation au culte. C'est tout naturellement qu'une seconde rencontre eut lieu en cette paroisse, le dimanche 18 mai 2003. L'évêque Spong présida le culte.  Du 1er au 3 octobre prochain, le réseau organisera une importante rencontre à Chester, en Angleterre.

Le réseau internet TCPC encourage les pasteurs et les Églises de toutes dénominations à s'ouvrir à tous ceux qui se sentent exclus ou mal à l'aise dans les institutions religieuses habituelles. Il met en réseau des centaines de paroisses de toutes dénominations et de nombreux sites web publiant de très nombreux articles.

Sa Charte en huit points (traduction par Gilles Castelnau) : En nous nommant « chrétiens ouverts »,

1. nous proclamons que, pour nous, Jésus-Christ est la porte du Règne de Dieu ;
2. nous reconnaissons que d'autres croyants peuvent le nommer autrement
3. nous voyons dans le partage du pain et du vin au nom de Jésus le festin que Dieu partage avec tous les hommes.
4. nous invitons à nous rejoindre dans la prière, sans aucune discrimination, tous les hommes de bonne volonté : croyants et agnostiques, chrétiens fidèles et en recherche, homosexuels et hétérosexuels, hommes et femmes, désespérés et pleins d'espérance, et tous les autres sans distinction de race, de culture, de classe sociale ou de talent, sans chercher à les rendre semblables à nous.

5. nous jugeons plus important notre amour du prochain que notre confession de foi ;
6. nous préférons les questions aux réponses, la quête du sens à la trop grande certitude ;
7. nous nous voulons une communauté spirituelle au sein de laquelle nous découvrons les ressources nécessaires à accomplir notre mission dans le monde :  lutter pour la justice et la paix,  rendre espoir à ces humbles que Jésus appelait ses soeurs et ses frères.
8. nous sommes conscients du prix à payer pour cet engagement de notre foi, l'abandon de privilèges et la résistance au mal, comme ce fut toujours la tradition de l'Église.

Chrétiens libres de France : rencontre à Paris le samedi 5 juin à 18h30
pour un partage spirituel et une communion entre nous

salle Sainte-Agnès, 23 rue Oudinot, 7ème, métro Duroc